Addiction | Valais

F D
Medias Liens Dons
La Fondation La Prévention Les Prestations

Medias

Depuis 20 ans, l'APCD permet au parents de s'exprimer

L’APCD (l’Association valaisanne des personnes concernées par les problèmes liés à la drogue) a vu le jour en 1992 en Valais, à l’initiative de parents confrontés à la toxicomanie de leur fils. «Nous nous sommes rendu compte qu’il n’y avait pas de lieux où les pères et mères pouvaient exprimer leurs émotions et leurs ressentis», raconte Chantal, l’une des fondatrices.

L’APCD, qui compte aujourd’hui 500 membres, propose non seulement des soirées d’écoute – les premiers et troisièmes jeudis du mois dans une salle du café Le Casino de Martigny dès 20 heures – mais aussi une permanence téléphonique sept jours sur sept, de 8 à 20 heures, des entretiens, des conférences, une bibliothèque et des moments récréatifs. La confidentialité et l’anonymat sont garantis lors des soutiens et soirées d’écoute. «Les personnes sont libres de parler ou pas et de partir quand elles le veulent. Il n’y a aucun jugement», ajoute Chantal.

«Quand j’ai découvert l’APCD, je me suis remise à respirer», lance, émue, Françoise Tubérosa, aujourd’hui présidente du groupement. Comme des centaines d’autres parents, cette valaisanne a été confrontée à un enfant qui se droguait. «C’est très dur à vivre, car on ne cesse de se demander ce qu’on a fait de faux. La culpabilité est énorme. Et nous ne sommes pas toujours bien entourés; on nous dit souvent qu’on aurait dû faire ci ou ça. J’en ai entendu des «Y’avait qu’à...», raconte-telle. Cette maman a accepté de parler à visage découvert pour aider les autres à ne pas avoir honte de leur souffrance.