Addiction | Valais

F D
Medias Liens Dons
La Fondation La Prévention Les Prestations

Actualités

Le nombre de cas d'ivresse ponctuelle est en hausse

Les catégories où une légère augmentation a été notée, entre 2013 et 2014, sont les très jeunes, les seniors et les femmes.

Plus d'un Suisse sur cinq a trop bu au moins une fois par mois l'an dernier. Par rapport à 2013, les jeunes de 15 à 19 ans, la tranche 64 à 74 ans et les femmes de manière générale ont légèrement augmenté leur consommation.

Cette ivresse ponctuelle représente quatre verres ou plus d'alcool pour une femme et cinq pour un homme en l'espace de plusieurs heures.

"2 verres plus tôt, t'aurais été élu"

Comment les candidats aux Chambres fédérales gèrent-ils leur immersion obligatoire à la Foire du Valais ?

Et comment évitent-ils de se noyer au fil des tournées qui se succèdent à un ryhme soutenu ?

Premier point commun aux quatre quandidats interrogés par Le Nouvelliste : tous boivent de l'alcool, mais ne boudent pas pour autant l'eau minérale.

Mag Santé : Coming Out, "Tu sais, je préfère les filles.."

Accepter son homosexualité, puis l'annoncer à sa famille, à ses proches, à ses collègues est un long chemin.

Le coming out fait partie des étapes du processus d'acceptation de son homosexualité. La personne concernée ressent le besoin de ne plus mentir sur son orientation sexuelle, souvent dans le but de cesser de vivre avec une étiquette hétérosexuelle qui n'est pas la sienne. En général, la personne va l'annoncer à ses proches ou à des personnes de confiance.

(MàJ) Label Fiesta à la Foire du Valais

Dans le cadre de la Foire du Valais, le label Fiesta, géré par Addiction Valais, lance un nouveau volet de sa campagne « 2 verres plus tôt… ». Ce nouveau « cas » a pour objectif de mettre en avant la question de l’alcool au travail avec un message clair : « 2 verres plus tôt… t’aurais toujours ton job ». La Foire du Valais a été choisie pour lancer cette campagne car elle est le lieu de nombreux rendez-vous professionnels mais aussi l’endroit idéal, pendant 10 jours, pour un apéritif de fin de journée. 

Alcool au travail : Pour éviter les débordements

D'un point de vue légal, l'employeur doit s'assurer que le collaborateur est apte au travail. Il doit également se soucier de la santé de ses employés. De nombreuses entreprises prennent ce sujet très au sérieux et ont défini une politique claire en matière d'alcool. 

"Il ne suffit pas de faire une séance d'information pour rappeler aux collaborateurs les méfaits de l'alcool et les risques liés à une consommation problématique. Avant cela, la direcgtion doit se questionner et se positionner clairement face à l'alcool. Elle doit notamment définir comment elle prendra en charge un employé présentant des problèmes d'alcool", suligne Corinne Cipolla, responsable prévention à Addiction Valais - organisme qui dispense des conseils sur le sujet aux entreprises.

Archives < ... 26 | 27 | 28 | 29 | 30 |
31
| 32 | 33 | 34 | 35 | ... >   >>